Communiqué de presse

Journée Mondiale des Réfugiés


La Journée mondiale des Réfugiés est célébrée chaque année le 20 juin.
Selon l’Art. 14 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.

L’immense majorité des réfugiés dans le monde reste dans les pays en développement.
Chaque semaine, nous assistons impuissants, devant nos écrans, aux conséquences tragiques de la politique européenne qui monte des murs plutôt que d’offrir des voies légales d’asile. Depuis le début de l’année 2017, 1300 personnes seraient mortes ou disparues en méditerranée. Selon l’ONU plus de 10 000 personnes sont mortes en Méditerranée depuis 2014.
Comment ne pas comprendre les raisons qui poussent des hommes, des femmes, des enfants à fuir leur pays pour assurer leur survie ?
Car nos préjugés prennent le dessus sur l’élan empathique naturel qui nous pousserait à sauver tous ces gens, à les mettre à l’abri ? Trop nombreux, profiteurs, trop différents, dangereux ? Ce sont des questions qui surgissent inévitablement lorsqu’il s’agit de l’accueil des réfugiés. Il est important d’y répondre, de déconstruire ces préjugés.
Les 28 pays de l’Union Européenne n’accueillent que 6% des réfugiés dans le monde.
Les migrants ne représentent pas « toute la misère du monde ». Ce sont des personnes de toutes origines et de toutes conditions sociales, parfois hautement qualifiées. Les migrations ont généralement un impact positif sur les économies des pays d’accueil.
Lutter contre le terrorisme en empêchant les migrants d’arriver en Europe est un raccourci manipulateur. Il n’y a pas plus de criminels parmi les migrants et les réfugiés que dans le reste de la population. Rappelons que les demandeurs d’asile qui arrivent aujourd’hui en Europe sont les premières victimes du radicalisme et du terrorisme, particulièrement en Irak et en Syrie.
En rejetant les migrants, nos États nient les engagements internationaux qu’ils ont contractés (la convention de Genève des Nations Unies sur les réfugiés, la Convention européenne des droits de l’Homme…) qui constituent le socle de nos valeurs européennes et donc aussi notre « identité ».

Depuis sa constitution, le Réseau Mouscron Terre d’Accueil s’est donné comme finalité de jouer un rôle d’information et de plaidoyer ; de participer à la lutte contre les préjugés, le racisme, la xénophobie et les discriminations et ainsi favoriser le « vivre ensemble ». Nous pensons que la meilleure façon de faire est de provoquer la rencontre interculturelle par des activités de sensibilisation et d’intégration.
C’est pourquoi, nous avons souhaité maintenir nos activités malgré la fermeture du Refuge. Les candidats-réfugiés sont toujours accueillis à Mouscron, via l’Initiative Locale d’Accueil du CPAS. Certains réfugiés reconnus ont choisi de s’installer à Mouscron au terme de leur procédure d’asile. Des bénévoles continuent donc à s’investir quotidiennement pour proposer des tables de conversations, des ateliers couture, des ateliers de cuisine, des permanences administratives. Nous accueillons également une permanence juridique initiée par Vie féminine.
Les associations membres du Réseau sont aussi disponibles comme ressources pour animer des rencontres interculturelles. Ainsi, nous avons répondu à l’appel de la Bibliothèque de Mouscron pour participer au projet « Vérités ou préjugés » à destination des écoles secondaires et maisons de jeunes, du Ciné-Club pour animer l’échange suite à la projection du film « Fuocoammarre », du Collège Technique Saint Henri pour intervenir lors de la journée autour du « Vivre-ensemble ».

A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, le Réseau proposera une soirée en l’honneur des réfugiés, des demandeurs d’asile, des personnes déplacées, des apatrides, des sans-papiers et des personnes de retour dans leur pays du monde entier mais aussi des associations et bénévoles qui s’investissent pour leur venir en aide.

Nous voulons cette soirée à l’image de toutes les belles initiatives et rencontres qui ont eu lieu à Mouscron depuis l’arrivée des demandeurs d’asile au Refuge. C’est pourquoi, nous avons choisi de projeter un film qui illustre l’espoir, la résistance à l’indifférence, la solidarité, la générosité, l’utopie réalisée : Un Paese Di Calabria .

Comme beaucoup de villages du sud de l’Italie, Riace a longtemps subi un exode rural massif.
Un jour, un bateau transportant deux cents kurdes échoue sur la plage. Spontanément, les habitants du village leur viennent en aide. Petit à petit, migrants et villageois vont réhabiliter les maisons abandonnées, relancer les commerces et assurer un avenir à l’école.
C’est ainsi que chaque jour depuis 20 ans, le futur de Riace se réinvente.

L’Espace Citoyen 2 l’Aut’Côté s’associe à cette initiative et accueillera l’événement. Le rendez-vous y est donc donné dès 19h, rue Saint-Pierre, 10 à Mouscron.

Dans le principe de l’auberge espagnole, chacun est invité à amener ce qu’il souhaite partager afin de grignoter un peu en guise d’accueil. Le verre de l’amitié sera offert.

Une prise de parole aura lieu avant la projection afin d’évoquer les activités du Réseau depuis la fermeture du Refuge.

S’en suivra la projection du film à 20h00.

Une soirée où tout le monde est le bienvenu !

Réseau Mouscron Terre d’Accueil - www.mouscron-terre-accueil.be - info@mouscron-terre-accueil.be

Partager sur facebook Partager sur Twitter Google +

Les services du MOC

CIEP Wallonie Picarde
AID l'Escale
Solidarité Mondiale