Journée mondiales des droits humains - apéro solidaire

Pour un accueil digne des migrants

Notre action prend racine, il y a quelques semaines, lorsque nous avons été alertés sur la situation particulière des demandeurs d’asile palestiniens de Gaza. Ils sont plusieurs centaines dans les centres d’accueil de Tournai et de Mouscron et souhaitaient entamer une grève de la faim. En effet, certains attendent depuis plus d’1 ½ an, voire plus, que l’on examine leur dossier, et risquent d’être refoulés dans l’enclave palestinienne qui fait face à une crise humanitaire majeure en raison du blocus imposé par Israël depuis 12 ans.

Nous trouvions important de tirer la sonnette d’alarme face à cette situation que vivent les réfugiés palestiniens Gaza tant à Tournai qu’à Mouscron. Nous nous inquiétons également de la position de la Ministre Maggie De Block qui semblerait vouloir leur retirer leur qualité de réfugiés.

Plusieurs rapports de l’ONU prédisent que le territoire serait inhabitable en 2020 si la situation actuelle perdurait. La bande de Gaza, la région la plus densément peuplée au monde, a été à nouveau bombardée par Israël durant plusieurs jours début novembre, faisant une trentaine de victimes dont des enfants et plus d’une centaine de blessés. Depuis 2007, les 2 millions de Palestiniens qui y vivent subissent déjà une punition collective en raison d’un blocus total. Quotidiennement, les habitants sont aux prises avec des pannes de courant, une pénurie d’eau potable et d’énormes difficultés d’accès aux soins de santé. Les libertés et droits fondamentaux sont également bafoués par la pratique autoritaire du pouvoir gazaoui.

Cela dit, la situation des autres demandeurs d’asile en Belgique n’est pas plus enviable. Même si Maggie De Block a annoncé qu’elle allait libérer des moyens pour engager au CGRA et permettre d’accélérer les procédures d’asile, le désarroi et l’angoisse des demandeurs d’asile restent total. Actuellement, la procédure d’asile est de 15 mois en moyenne. A cela, s’ajoute la crainte des renvois Dublin, de l’enfermement et du rapatriement forcé vers des dictatures ou encore la peur de perdre son statut de réfugié et être contraints de quitter le pays. De plus, la saturation des centres d’accueil en raison d’une hausse des demandes mi-2018 -alors que T. Francken avait décidé de supprimer des milliers de places depuis 2016 - alimente encore davantage les tensions à l’intérieur comme à l’extérieur des centres. En attendant la création nécessaire de centaines de places… ce qui prend du temps ; Fedasil pousse les murs des centres existants, rendant les conditions de vie dans les centres épouvantables.

L’obsession anti-migrant du gouvernement a trouvé écho dans la population, passant de la libération de la parole jusqu’aux actes avec l’incendie du futur centre d’accueil de Bilzen. Le climat de racisme ambiant, conséquence de certains discours politiques et médiatiques, est tout à fait effrayant. Une étude consacrée à la perception des réfugiés en Belgique publiée par Le Soir en mai dernier révèle qu’un Belge sur deux se dit prêt à renvoyer les réfugiés dans une dictature. Notre combat doit être tout à la fois politique et culturel.

Nous exigeons que l’Etat belge respecte son devoir légal et moral en matière d’accueil des migrants. Nous devons continuer à interpeller, informer et sensibiliser nos mandataires politiques et nos concitoyens sur la nécessité d’accueillir les migrants, quel que soit leur situation : demandeur d’asile, réfugié, sans papier, apatride, ... Nous refusons toute criminalisation de la solidarité citoyenne, nécessaire et indispensable face à la logique des boucs émissaires. Il est urgent de se mobiliser autour des vrais problèmes : la montée des inégalités sociales et la destruction de notre environnement dans un système capitaliste qui broie tout sur son passage.

C’est pourquoi, à l’occasion de la journée internationale des Droits Humains, nous souhaitons nous montrer solidaires avec tous les migrant.e.s contraint.e.s de quitter leur pays pour fuir la guerre, les persécutions, l’extrême pauvreté.

Nous proposons un apéro festif et solidaire, le mardi 10 décembre à 18h00 à Choiseul :

-  Prises de parole et témoignages
-  Bar et petite restauration
-  Ambiance musicale


Tournai Refuge ASBL
Association Belgo-Palestinienne de Wallonie picarde
Province du Hainaut
CIEP HO
PAC Wapi
Plateforme pour l’Interculturalité à Tournai
Maison Internationale de Tournai
Réseau Mouscron Terre d’Accueil
Plateforme citoyenne d’hébergement Wapi/Tournaisis

Voir l’affiche

Partager sur facebook Partager sur Twitter Google +

Les services du MOC

CIEP Wallonie Picarde
AID l'Escale
We Social Movements